LES SENSATIONS SOMATIQUES

LES IMPRESSIONS MENTALES ÉMOTIONNELLES

LES IMPRESSIONS MENTALES SPIRITUELLES

 

Tout ce que l'on perçoit : vision, sons, odorat, goûts, émotions, douleurs etc. relève d'impression physiques ou mentales. Pour certaines personnes ces sensations se dédoublent par des formes, des couleurs, des odeurs, des goûts, etc. Ainsi certaines partitions auront des teintes bleues pour Olivier Messiaen et Goethe entendra l'architecture comme de la « musique pétrifiée ». En fait, ces Impressions mentales secondes se réfèrent à d'autres sens que celui de l'organe qui les perçoit et se superposent à lui. Musiciens et peintre y sont particulièrement sensibles. Ils l'expriment évidemment dans un style qui leur est propre, mais cette particularité est souvent la source de beaucoup d'œuvres et de poésie. Elle se développe chez ceux qui la cultivent, pour un art le plus souvent, mais peut apparaître spontanément et semble une fonction commune, souvent latente, du cerveau.

HUILES


Si peindre est représenter avec des formes et des couleurs, peindre la musique c'est aussi la figer dans l'instant. La « toile » du tableau imposera donc un fractionnement qui conserve cependant les tonalités et le dessin du son.


Toutes les sortes de sensations créent leurs espaces propres. Sentir ou ressentir est l'aptitude de l'esprit à « savoir » ce qui arrive à l'extérieur et à l'intérieur de « soi ». On ne peut réduire cela aux seuls sens majeurs attachés aux organes de la vue, de l'ouie, du toucher, de l'odorat et du goût car tout ressenti est analysable et peut donner lieu à des phénomènes synesthésiques.

Exemples


LA SYNESTHÉSIE c'est donc la stimulation d'un sens associé d'autres. Pour certains auteurs, anglo-saxons, la synesthésie est présentée comme l'association de deux sens mémorisés : « J'ai entendu cette mélodie et une image m'est venue»... « this association of two sensory memories is, I believe, called synesthesia » (New Yorker-cité dans le World Book Dictionary à Synesthesia), mais l’expérience suggère plutôt que la synesthésie ressemble à un processus automatique, partiellement volontaire cependant, car on peut l'interrompre ou au contraire le cultiver, mais quasi instantané, où la sensation associée n'est pas appelée de la mémoire mais conçue simultanément. : par exemple : entendre des sons en les voyant sous une forme plastique, comme les violons d'un orchestre en rubans satinés, clairs, safranés, lumineux avec des éclats dans les aigus... Ce n'est donc pas la « madeleine de Proust » qui renvoie au passé.


Sensation, perceptions, ressentis se dessinent dans des espaces que l'on peut identifier :

l) L'ESPACE DU TOUCHER

Exemples


2) L'ESPACE DE LA VUE

Exemples


3) L'ESPACE DE L’OUÏE

Exemples


II est particulièrement intéressant par sa fréquence. De nombreux écrivains se sont également révélés être des synesthètes. Aristote et les pythagoriciens, passionnés par les nombres, pensaient même que, construite sur des gammes mathématiques, la musique était la synthèse des arts et des sciences. Ils y voyaient, par la somme des ressentis qui raccompagnent, l'image de l'ordre dans la nature, celui-là même qui régit les disciplines de la connaissance. Bien des siècles plus tard, en 1739, le compositeur Haendel. dans l'Ode à Sainte Cécile, pensait que la musique, pour les mêmes raisons, reconstruirait l'univers après la fin du monde, car « elle est le souffle de Dieu ». A la Renaissance, Couperin s'attelait déjà aux sentiments et voyait la pudeur en ROSE, l'ardeur INCARNAT, le persévérance GRISE, la frénésie NOIRE Plus proche de nous, le musicien russe Alexandre Scriabine y cherchait la route de l'illumination essayant d'inventer le BLANC en musique. Pour lui, chaque note avait sa couleurs : le « Do » ROUGE, le « Re » JAUNE, le « La » VERT, le « Fa dièse » BLEU - CLAIR ... Mais avant lui Georges Sand parlait déjà de la MUSIQUE BLEUE de Chopin : « un bleu endormi dans les nuages du clair de lune », tandis que Delacroix qui la visitait s'étonnait du mystère des reflets qu'il y associait. Arthur Rimbaud, prêtait, quant à lui, des couleurs aux voyelles tandis que Baudelaire écrivait son ver célèbre : « les parfums, les couleurs et les sons se répondent ». Le peintre Kandinski faisait jouer un orchestre sous ses toiles pour témoigner de leur similitude harmonique. Enfin, Debussy, qui détestait Wagner, voiyait dans le « gazouillement ORANGE de la Siegfried idylle » un MASTIC SONORE !


4) L'ESPACE DE L’ODORAT

Exemples


5) L'ESPACE MIXTE DE L'ODORAT ET DU GOÛT

Exemples


Force est de constater qu'en ayant identifié nos seuls sens organiques et leur physiologie on a tout simplement omis de reconnaître les autres types de sensation qui sont restés dans le flou. Douleurs, émotions, stress, sentiments, désirs, joies sont pourtant bien réels et se manifestent sans que nous puissions les ignorer. A la fois sensations et impressions mentales elles restent en porte-à-faux sémantique, témoignant de notre impuissance à les connaître : le stress, par exemple, sera une peine « morale » ou une pression « mentale ». Pour le décrire on l'associera à des organes aussi bizarres que le goût (expérience amère), à la douleur (aiguë, profonde), à la folie (délirante) jusqu'à la métaphysique et aux soucis de l'âme.


Dans cette confusion les artistes eux mêmes, en manque de réponses pour les représenter, ont cherché par des vocabulaires inadéquats, des allégories et des symboles, pour leur donner formes et apparences. Étranges reports d'impuissance où une belle femme nue associée à un accessoire représentera un fleuve, la guerre, la volupté, la paix, la justice, le malheur...


On peut cependant diviser les ressentis en trois grandes classes : les SENSATIONS SOMATIQUES, les IMPRESSIONS MENTALES ÉMOTIONNELLES enfin les IMPRESSIONS MENTALES SPIRITUELLES, le terme Psychique restant trop général et flou.

 


LES SENSATIONS SOMATIQUES
(Associées au toucher)


Bien décrites et isolées par l'expérience quotidienne.


6) DOULEURS, GÈNES & EMBARRAS

#


7) PLAISIRS & SOULAGEMENTS

#


LES IMPRESSIONS MENTALES ÉMOTIONNELLES
(Associées aux réactions physiologiques)


Cherchées et représentées dans les écoles romantiques du XIXéme siècle et notamment d'Eugène Delacroix à Hector Berlioz et Odilon Redon.


8) CHAGRINS & PEINES

#


9) JOIES & BONHEUR

#


LES IMPRESSIONS MENTALES SPIRITUELLES
(Associées à la pensée, à la conscience, aux qualités et variances génétiques)


A l'entrée du XXème siècle, en quête de nouveaux points de vue, les scientifiques, penseurs et artistes ont voulu regarder autrement. Pablo Picasso et les cubistes ont cherché à représenter des points de vue multiples. P.C. Mondrian a fait le vide et l'art abstrait s'est ouvert de nouvelles voies d'exploration dans lesquelles Wassili Kandinski a trouvé la synesthésie. Par l'image, porteuse du mythe, la société se crée, se transmet aussi car tout se dessine et se peint. La forme et la couleur nous restent. Profitons de cet outil prestigieux pour jouer de nos graffiti jusqu'au plus profond, difficile et incertain afin d'en ressortir un jour le rameau d'olivier à la main : celui d'une nouvelle culture.


10) LE «MOI». LE «SOI». LE «JE». Épicentres de la pensée consciente

Exemples


11) L'ESPACE DE LA PENSÉE Des sensations

Exemples


12) GÉNÈSE DES IDÉES Un mécanisme ondulatoire

Exemples


13) L'ENFERMEMENT ET LE SOUTIEN CULTUREL Angoisse et soulagement

Exemples


14) L'IMAGINAIRE Une ouverture

Exemples


15) LA RÊVERIE Un arrachement

Exemples


16) LE RÊVE Un monde parallèle

Exemples


17) LE SILENCE L'être